ETES VOUS PLUTOT “BRUNE OU BLONDE”

Une exposition Arts et cinéma comme il y en a peu…
Comment le cinéma, la peinture, la sculpture ou encore la photographie, s’est amusé à mettre en scène les blondes et les brunes dans des histoires où se mêlent l’envie, le fétichisme, la séduction et la rivalité.

Cette merveilleuse idée vient d’Alain BERGALA, commissaire de cette expo’ ludique et savante, représentant toutes les « tignasses » les plus célèbres du cinéma.
Rythmée par de nombreuses projections notamment d’extraits de film, l’exposition Brune/ Blonde a pour interêt le cinéma et ses mythiques actrices.
Sans oublier les rousses biensûr qui accompagneront ses jolies femmes tant convoitées.

Cette rétrospective sera accompagnée d’un catalogue illustré par de jolis textes et entretiens déroutants, d’une programmation de films et d’un documentaire.

Exposition Brune / Blonde à la cinémathèque
51, rue de Bercy 75012

Du 6 octobre au 16 janvier 2010
Lundi, Mercredi à Samedi : 12h – 19h
Dimanche : 10h – 20h
Nocturne expositions : jeudi jusqu’à 22h

LA ROUTE COMMENCE A SE REMPLIR DE CRÉATEURS !

Après Lolita Lempika et Arik Levy pour fiat c’est au tour de Christian Lacroix de décorer le tramway !

Après la décoration de 183 rames de TGC en 2005, Christian Lacroix s’attaque au tramway. En effet, n’a pas lésiné sur les fioritures, poissons, étoiles de mer enluminés de paillettes, broderies et pierres de toutes sortes habilleront le monstre de la troisième ligne de tram à Montpellier.

Après les hirondelles parsemées sur la ligne 1, les fleurs multicolores sur la 2 c’est un univers marin haut en couleur qui circulera sur la ligne 3 (de Perols vers Juvgnac au Nord) « Mon intention était de se rapprocher de la mer » souligne le couturier arlésien.

Les rames vont des couleurs chaudes vers les couleurs froides en passant par le jaune et le vert. Un camaïeu de couleurs toute en symbiose. Un style rappelant le magnifique livre 20 000 lieux sous les mers.

A l’extérieur un univers agrémenté de paillettes et broderies en tout genre, et bien sur de pierreries en trompe-œil, la marque de fabrique du créateur. A l’intérieur les barres de maintien ressemblent à des barrières de corail, au cas ou un requin risquerait de vous attaquer !! De quoi pouvoir s’évader le temps de quelques heures…

Ouverture prévue en 2010

L’homme aux semelles de vents à la Galerie des Bibliothèques


De Hugo Pratt à Patti Smith en passant par Picasso, il les a tous subjugués. En un siècle, Arthur Rimbaud s’est imposé comme l’un des mythes fondateurs de la culture moderne. Son allure, sa philosophie de la vie, sa langue sont devenus modèles de comportement, d’écriture, de pensée et source de création dans le monde entier.

C’est ainsi ce que prouve ce passionnant parcours « Rimbaudmania ». On s’immerge en Rimbaldie avec dix manuscrits du poète, dont la célèbre lettre du voyant pour la première fois exposée au public, « ces quelques feuillets écrits par un ado de 17 ans et sauvegardés par Verlaine », comme les décrit l’écrivain et historien de l’art Claude Jeancolas (auteur de RIMBAUDMANIA affections et trahisons – 1891/2010- ).

L’audace de cette exposition est d’associer les arts majeurs et les arts populaire, le chef-d’oeuvre et l’objet naïf, le précieux et l’ordinaire, le poétique et le prosaïque, le luxueux et le simple, le signé, le griffé et l’anonyme…Affiches, string, fresques…De ces confrontations jaillit la force universelle du mythe Rimbaud, « ce génie pas sérieux de 17 ans ».

Poète fondamental de notre culture, la Team Miss Phit ne saurait trop que vous inciter à vous rendre au plus vite à la Galerie des Bibliothèques, dans le 4è arrdt de Paris.

Exposition : de 2 à 4 euros. Jusqu’au 1er août 2010.
Du mardi au dimanche de 13h à 19h.
22 rue Mahler, 4e.

www.rimbaudmania.fr

« L’art qui sauve les hommes »

D’après une étude scientifique menée en Grande-Bretagne, le troisième lundi du mois de janvier serait le jour où on constate le plus de suicides dans le monde. C’est en effet ce jour là qu’on réalise que nos bonnes résolutions annoncées quelques jours auparavant n’ont pas abouti à grand chose, voir même pas commencé…
Un rude constat d’échec qui vient cette année s’ajouter à une conjoncture difficile : Le monde est en Crise avec un grand C, les températures extérieures sont négatives, notre organisme lutte contre un nombre incalculable de microbes, … bref, la vie n’est pas un long fleuve tranquille.
Comment s’en sortir ?
Fuir ? Partir ne serait qu’une fuite inutile, à moins que cette escapade soit dans le rêve ou dans l’art…
C’est en relisant un article de Jean-Michel Ribes (le Figaro Magazine – Décembre 08) que cette interrogation à pris du sens. En effet, la solution n’est pas loin !
L’Art pour s’échapper, pour trouver l’air, sourire encore, vivre et aimer … «Notre seul salut c’est l’art, l’artificiel, tout ce que nous créons jour et nuit pour résister à cette réalité qu’on nous dit définitive et qu’il faut réinventer sans cesse pour survivre».
Un prétexte pour parler d’autre chose que de catastrophes ! « L’Art est notre anticorps» qui nous protège des tyrannies du savoir, du conventionnel, du politiquement correct, … Alors, bougez ! Précipitez-vous dans les galeries, courez au musée, c’est là que se trouve l’oxygène, le rêve, le désir, l’espoir réalisé de devenir autre chose que ce à quoi la société nous condamne. Alors aujourd’hui plus particulièrement, soyez fous, légers, joyeux, cocasses, pour tout dire moins habituels, mais vivez !

Plongeons dans l’art…

C’est au milieu des bulles du jacuzzi de ma piscine parisienne préférée que je me suis imaginée quel pourrait être le lieu idéal qui réunirait mes hobbies.
Sport nautique et peinture ne sont de premier abord pas quelque chose d’évident à concilier. Il est clair qu’une bouée canard n’a rien à faire au milieu des pinceaux d’un atelier d’artiste, et qu’il n’est pas obligatoire de porter un bonnet en plastique bleu pour créer !
« C’est la nuit qu’il est beau de croire en la lumière », disait Edmond Rostand, alors j’ai continué d’imaginer…
Et voilà qu’aujourd’hui, par hasard, je tombe sur un article qui vente l’originalité du musée « La Piscine » de Roubaix!
Mon rêve est exhaussé !!!
En effet, ce musée d’Art et d’Industrie est installé dans l’ancienne piscine municipale de la ville. L’intérieur du bâtiment est d’une grande beauté, combinant le style byzantin et mauresque à la tendance Art déco de l’époque.
Il est d’ailleurs inscrit au patrimoine du XXe siècle.
Que l’on soit amateur d’art ou non le musée La Piscine est une véritable curiosité qui mérite que l’on s’y arrête quelques heures. Sa visite vous séduira pour ses collections, mais aussi pour le lieu qui les abrite.

Devinez où je vais passer mon prochain week-end…