Duos de bestioles à la Cité des Sciences, l’exposition onirique de la fin d’année !

Vous avez dit drôles d’animaux ?

« Duos de bestioles » est une exposition de créations originales et durables où l’art recycle des canettes de boisson et donne naissance à des animaux magiques !

Elle est aussi l’occasion de découvrir le cycle de vie de la canette : l’emballage boisson le plus recyclé au monde. L’exposition est une initiative du GIE La Boîte Boisson, regroupant les trois principaux producteurs d’emballages boisson en Europe Ball Packaging Europe, Crown Bevcan Europe et Rexam ainsi que, pour la France, les fabricants de matières premières ArcelorMittal et Constellium, en partenariat avec les Ateliers Art terre, dans le cadre du programme Chaque canette compte 100 % recyclable à l’infini.

Mais cette exposition est avant tout une histoire d’hommes, celle de la rencontre de deux artistes, Alain Burban créateur des bestioles et Paskal Martin, photographe de talent qui a su immortaliser les bestioles dans leur plus belle posture grâce un habile jeu de lumières.
L’exposition est composée de 26 créations artistiques originales, présentées en 13 duos, symbolisant la recyclabilité de la canette.
Un concept où les bestioles conçues à partir de cannettes et autres matériaux de récupération représentent des animaux. Une expression artistique originale et créative qui sort de l’ordinaire.

«Duo de bestioles» propose ainsi un regard différent sur le monde animal basé sur la découverte des liens qui peuvent unir deux animaux entre eux.

Vous pouvez aller la découvrir jusqu’au 31 décembre, à la Cité des Sciences de Paris (19ème), ne tardez pas !

La Grande Braderie de la Mode, l’incontournable rendez-vous avant les fêtes de Noël !

Dès demain et jusqu’à dimanche (11 décembre),  réunit des maisons de prêt-à-porter, des créateurs, des marques ou encore des sites de e-commerce et des parfumeurs lors d’une grande vente au profit de AIDES.

150 acteurs de la mode parmi lesquels , ou  proposeront ainsi leurs collections récentes et des prototypes à des prix allant de -30% à -70% pour permettre à l’association de collecter des fonds dans le cadre de programmes de lutte contre le Sida.

Qu’attendons-nous pour se faire plaisir à moindre coût et pour la bonne cause ! 🙂

Du 9 au 11 décembre à Paris chez BETC 85 rue du Faubourg Saint Martin (Xe)

Yves Saint Laurent, l’Eternel…

Une fois n’est pas coutume, j’ai le plaisir de découvrir ce matin une très belle dépêche AFP consacrée au maestro Yves Saint Laurent, que j’ai envie de vous faire partager, car oui Yves Saint Laurent, le grand, (sa maison de couture) à 50 ans ! Et cela s’honore 😉

PARIS, 30 nov 2011 (AFP) – La robe Mondrian, la femme fatale en smoking, l’aventurière en saharienne… : 50 ans après la création de sa maison de couture le 4 décembre 1961, appartient au patrimoine culturel français, plébiscité dans le monde entier malgré sa disparition en 2008. « Il reste beaucoup de choses de Saint Laurent partout. Les plus importantes sont celles qui se voient peut-être le moins », dit à l’AFP , 81 ans, qui a cofondé et dirigé pendant 40 ans la griffe YSLet s’occupe aujourd’hui de la fondation créée en hommage au grand couturier qui fut son compagnon.

« Saint Laurent a complètement façonné son époque. Tout le monde a un Saint Laurent sans le savoir. Il a inventé tout l’univers masculin qu’il a passé sur les épaules des femmes: smoking, caban, saharienne… Il représente son pays, ô combien ! », ajoute l’homme d’affaires.

« Il disait que la mode n’est pas un art. Moi, j’ajoute : mais il faut un artiste pour la créer », poursuit M. Bergé qui compare le statut d’Yves Saint Laurent à celui d’un grand peintre et décrit une personnalité dont l’influence va bien au-delà de la mode, propre à « une seule autre »: . « Ils ont pénétré sur le territoire social et ils ont eu une complicité avec les femmes et la rue. Ce sont les deux seuls », dit-il.

Yves Saint Laurent a connu la gloire dès son premier défilé chez  où il avait succédé au maître en 1957. A l’époque, sa ligne « Trapèze », qui rompt avec les tailles de guêpe, a un succès fou. Le 4 décembre 1961, il crée sa propre maison en partenariat avec Pierre Bergé et s’installe au 30 bis rue Spontini à Paris. Ensemble, le premier à la création, le second à la gestion, ils vont bâtir une griffe dont le logo en trois lettres noires entrelacées a fait le tour du monde et symbolise encore l’élégance à la française.

La marque, propriété de , pesait l’an dernier près de 270 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les parfums et cosmétiques sont aux mains de .

Picasso, Mondrian, pop art

Saint Laurent a 25 ans lorsqu’il présente sa première collection le 29 janvier 1962. Il va inventer le vestiaire de la femme moderne : le caban et le trench-coat, le tailleur-pantalon, le jumpsuit… Il se sert des codes masculins pour donner à la femme sa liberté et il habille toutes les femmes, pas seulement les riches clientes (….) car, comme le créateur le dit si bien « un vêtement c’est avant tout pour habiller une femme, pas pour se faire plaisir, pas pour assouvir des fantasmes ».

©Agence France Presse

Marks & Spencer de retour à Paris !

Dix ans après avoir brutalement fermé sa dernière boutique en France, laissant les london loveuse que nous sommes au désespoir, l’enseigne britannique Marks & Spencer rouvre ses portes aujourd’hui (jeudi 24 novembre) à 11H30 au numéro 100 de l’avenue des Champs-Elysées.

Ce nouveau magasin amiral, (connue pour sa sélection de vêtements et son esprit so british worldwide avec ses scones et ses plats anglo-indiens), propose sur 1.400 mètres carrés et trois étages à la fois de d’habillement femme, de la lingerie et de l’alimentation.

Nul besoin de vous demander ce que vous prévoyez ce week end 😉 je crois que nous assisterons à un entraînement « jour de soldes » samedi devant le flagship M&S.

Readyyyy…..Go !

Aux Galeries Lafayette, la mode vit plus rock !

Crédit photo : ©Delphine Desneiges

Alors que le froid s’installe irrémédiablement dans la Capitale, blotties dans nos manteaux et nos écharpes, nous voilà rêveuses, un week end au soleil, au chocolat chaud au coin d’un bon feu de cheminée, une après midi spa-jacuzzi… D’ici à ce que marraine la bonne fée viennent exaucer quelques uns de nos voeux, nous pouvons déjà nous en mettre plein les mirettes et les oreilles en nous rendant aux Galeries Lafayette !

Afin, d’une part, de venir admirer Charlotte, Désirée, Lucie, Madeleine et Betty qui forment le groupe des Kouklistars ! Les sublimes petites poupées scénarisées en vitrines des Gal’Af » par Andrew Yang, et d’autre part d’assister à la série de concert Live organisées depuis le 9 novembre dernier et qui se terminent….ce soir  !

En effet, le Grand  Magasin parisien inaugure une campagne « Noël Rock’n’Mode » résolument séduisante ! Après avoir choisi le sublime Iggy Pop, mise en scène par Jean Paul Goude, les vitrines du Boulevard Haussmann font l’objet de toutes les attractions.

Chaque jour depuis le 9 novembre (dont le coup d’envoi a été donné par un concert inaugural de Charlie Winston, la veille, sur les toits du grand magasin), des jeunes talents musicaux ont pris possession d’une vitrine des Galeries Lafayette, de 17h et 18h30, pour bousculer ce Noël Rock’N Mode : Brigitte, Imany, Inna Modja, Joseph D’Anvers, Mademoiselle K, Medi, Nadeah… Aujourd’hui ne râtez pas la brune et la blonde, les Brigitte pour le dernier concert !

Alors qu’attendons nous pour adopter la rock’n roll attitude ! Hell yeah !