Grande Baby Doll

babyLors de sa création en 1956, sous la plume du dramaturge Tennessee Williams, le scénario « Baby Doll » a été porté à l’écran.

Roland Barthes souligne alors l’incroyable théâtralité du film en allant jusqu’à dire : « Baby Doll, c’est le théâtre sans le texte ».

Ainsi, près d’un demi-siècle plus tard, ce sont Pierre Laville et Benoît Lavigne qui exaucent le souhait de Roland Barthes en portant à nouveau Baby Doll sous les projecteurs et en l’adaptant au théâtre avec Mélanie Thierry dans le rôle principal…

En deux mots : Baby Doll « est une véritable poétique du désir qui se joue des climats et des environnements comme des frustrations et des solitudes des êtres […] ».

Mais, au-delà du désir, Baby Doll est une pièce bouleversante grâce, notamment, au formidable jeu des acteurs et, en particulier, à Monique Chaumette qui vient d’obtenir un Molière dimanche dernier pour son interprétation de Tante Rose dans Baby Doll…

Une pièce à voir donc et même à revoir en raison du jeu extraordinaire des acteurs et du dépaysement qu’elle procure (l’histoire se déroule dans une plantation de coton de l’Amérique des années 1950).

Sensationnel…

Actuellement au théâtre de l’Atelier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.